« Et comme j'aime jamais finir sur une mauvaise note | Main | En vrac »

Comments

cocobeloeil

Au fur et à mesure qu'on les monte, quatre à quatre; le coeur bat, plus fort, plus encore.. puis on est arrivé... Ouf.. ces minutes de lattence avant de sonner... haletant...Une porte s'ouvre, un sourire... "welcome to my little world"...wow

joséphine

d'un autre coté, quand c'est la tempête à 4h du mat, c'est un ptit peu moins drôle...

Gekko

5 étages à monter, ça laisse le temps de réfléchir à la note qu'on va pouvoir écrire une fois chez soi.

C'est pas en se levant à 5h que tu vas faire taire les réflexions sur ta mauvaise mine.

Docthib

J'aime bien cette idée de transition entre le monde extérieur et la cellule intérieure, ce temps qui permet de s'adapter. Il y a une jolie chanson de Carole King qui s'intitule "Up on the roof".

The comments to this entry are closed.