« Sous le signe de la fraise | Main | »

Comments

Artem

Tu t'embourgeoises voilà ;-)

Monsieur Jean

> l'originalité de leurs couvertures

Ca dépasse l'entendement... ça fait des semaines que je me dit qu'il faut que j'en parle, sans encore en avoir eu l'occasion. Bellevue, me voilà. ;)

joséphine

Artem, yeah, I knooooow !!! Mais comme ça, j'assume encore..
Monsieur Jean, vous m'inquiétez, vous m'inquiétez.

hoplalavoila

C'est drôle moi c'est l'inverse, je n'achetais que des "vrais" livres parce que la beauté de l'objet, le toucher du papier, etc, rendaient le plaisir de la lecture encore + complet ! Et après la lecture, leur vue est encore un plaisir.
Mais je trouve maintenant avec les Poche un plaisir nouveau: je n'aime toujours pas leur odeur acide, toujours pas leur encre qui vient sur les mains, etc, mais du coup le texte est comme une pépite trouvée dans la boue !
Enfin j'exagère, il y a des Poche + ou moins bien, et beaucoup avec des belles couvertures, mais grosso modo j'ai sauté ainsi d'un plaisir à un autre en venant aux livres de Poche ! Ou plutôt je cumule les 2...

joséphine

L'encre sur les mains et l'odeur (surtout le Livre de Poche), ca c'est les vrais problèmes en effet.. Les Folio sont mieux pour ça - enfin, c'est sur que je ne vais pas les délaisser à vie, je dois juste avoir ma période grand format, tout comme j'ai des périodes dévorages d'ailleurs

MariaPia

Marrant, moi c'est à New York que je me suis mise vraiment aux poches et autres paperback, question volume, un livre DOIT pouvoir se transporter dans le métro...alors haro sur les volumes. Et c'est vrai que les couv américaines ont bien évolué, elles sont souvent encore plus belles pour les paperbacks.

joséphine

Aus US en fait, il y a les petits paperbacks (qui ont un peu les pb de l'encre et de l'odeur), qui font partie de collections, les grands volumes à couverture dure, pas du tout pratique en effet, et puis ceux du milieu, les moyens à couverture souples, et super bien illustrées - ceux-là, je les adore

marine

j'ai l'impression de m'entendre: je deteste les livres de bibliotheque! J'ai besoin d'acheter le livre, le laisser à cote du lit, sur le dessus de la pile, en attendant de finir celui en cours, et puis l'ouvrir, moi en premier (enfin en premier...!), le savourer, et puis le ranger au milieu de ces collègues; et puis un jour regarder ma biblio, et reprendre un livre au hasard, le feuilleter et me dire "ah oui celui-là, il était vraiment bien". Ce qui m'amène à dire que moi aussi j'ai été séduite par le format des livres aux US. Plein de couleurs, tous différents, difficile de résister!!

The comments to this entry are closed.